FORUM FRANCOPHONE IACM  

Précédent   FORUM FRANCOPHONE IACM > Usages Médicaux > Troubles Neuro-Psychiatriques - Maladies Mentales > Schizophrénie

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 13/01/2009
Alex J. Alex J. est déconnecté
Benutzer
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 58
Par défaut ratio THC/CBD et sécurité du traitement de la schizophrénie

Suite à l'expérience d'un schizophrène traité au cannabis médicinal, il apparait que le dosage est très important pour le patient, notamment concernant le ratio THC/CBD.

En effet, le cannabis est montré comme un facteur aggravant de la schizophrénie dans cette étude récente : (http://marijuana.researchtoday.net/a.../5/10/1948.htm). Le THC aurait donc un effet potentiellement plutôt psychotique.

En revanche, plusieurs études portant sur le Cannabidiol non psychoactif CBD ont montré que le cannabidiol est un anti-psychotique efficace (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16612464).

Il apparait donc important de considérer le ratio THC/CBD de première importance pour l'efficacité, mais surtout la SECURITE du traitement anti-psychotique du patient.
Réponse avec citation
  #2  
Vieux 02/02/2009
Alex J. Alex J. est déconnecté
Benutzer
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 58
Par défaut Cannabinoids and Schizophrenia : Where is the Link par Dr K Muller-Vahl

Article récent en complément (Déc 2008) qui fait un peu plus la lumière sur le rapport entre Cannabis (THC ET CBD) et états psychotiques :

Cannabinoïds 2008 ;3(4) :11-14 (9 novembre 2008)
Mini-revue
Cannabinoïdes et schizophrénie : où est le lien ?
Kirsten Müller-Vahl
Clinique de Psychiatrie, Psychiatrie Sociale et Psychothérapie, Ecole Médicale de Hanovre, Car-Neuberg-Str. 1, D-30625 Hanovre, Allemagne

Mettre en évidence l’association entre la schizophrénie, le cannabis sativa, et le système endogène des récepteurs cannabinoïques est d’une pertinence majeure. D’un coté, il y a des preuves selon lesquelles le cannabis doit être classé comme facteur de risque pour les psychoses pouvant conduire à une aggravation de la maladie. Ce risque semble augmenter chez les personnes prédisposées génétiquement et peut dépendre de la quantité de cannabis utilisée. D’un autre coté, d’autres preuves suggèrent que, pour au moins un sous-groupe de patients, des altérations du système endocannabinoïque peuvent contribuer à la pathogénèse de la schizophrénie, par exemple ; densité accrue du récepteur cannabinoïde type 1 (CB1) et niveaux élevés d’anandamide dans le fluide céphalorachidien (CSF). Par conséquent, à coté d’une « hypothèse dopamine » de la schizophrénie, une « hypothèse cannabinoïdes » est proposée. De manière intéressante, il existe une interaction complexe entre le système des récepteurs dopamine et celui des récepteurs cannabinoïdes. Ainsi, des substances qui interagissent avec le système des récepteurs cannabinoïdes, comme le cannabidiol non psycho-actif (CBD), sont suggérées pour le traitement des psychoses.

http://www.cannabis-med.org/english/..._2008_04_1.pdf

Le CBD est un éléments anti-psychotique reconnu.

Dernière modification par Alex J. ; 01/04/2009 à 21h47.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 15/06/2009
Alex J. Alex J. est déconnecté
Benutzer
 
Date d'inscription: décembre 2008
Messages: 58
Par défaut

Science: dans une série de cas cliniques, le THC a amélioré les symptômes de la SCHIZOPHRéNIE de quelques patients


Les scientifiques du Centre de psychiatrie de Rockland à Orangeburg, New York, ont noté une amélioration des symptômes de la SCHIZOPHRéNIE de quatre de leurs patients qui recevaient du THC (dronabinol) par voie orale. L’étude a débuté après qu’il ait été observé une amélioration significative pour l’un des malades. Les chercheurs ont alors constaté que 3 des 5 patients, qui souffraient d’une SCHIZOPHRéNIE sévère, chronique et qui étaient réfractaires aux traitements, décrivaient une amélioration par l’usage du cannabis. Leur état a été amélioré aussi avec du THC. Les chercheurs n’avaient sélectionné que des patients sévèrement atteints et dont les améliorations possibles l’emportaient sur le risque. En fonction des critères, 5 patients sur 200, souffrants de psychoses chroniques furent sélectionnés. Il leur fut administré 2,5 mg de dronabinol 2 fois par jour, puis 5mg, 2 fois par jour la semaine suivante, et 10 mg, 2 fois par jour la troisième semaine.
Il n’a été observé aucun effet indésirable. Il a fallu 8 semaines de traitement pour qu’un des patients note une amélioration, alors que les autres ont réagi dans un délai plus court. Les chercheurs ont noté « que cette amélioration constitue une réduction des symptômes psychotiques principaux sur 3 des 4 patients, et non pas seulement un effet calmant général. » Les résultats sembleraient montrer que « le rôle des cannabinoïdes dans le traitement des psychoses est plus complexe qu’il ne le semblait jusqu’à présent et qu’il ouvre des perspectives pour le traitement de la SCHIZOPHRéNIE. »
(Source: Schwarcz G, Karajgi B, McCarthy R. Synthetic delta-9-tetrahydrocannabinol (dronabinol) c peut améliorer les symptomes de la SCHIZOPHRéNIE . J Clin Psychopharmacol 2009;29(3):255-8.)


Science : Le nombre des nouveaux cas de schizophrénie au Royaume-Uni ne justifie pas l’hypothèse selon laquelle l’usage du cannabis accroîtrait le risque de schizophrénie

Selon la recherche de scientifiques à l’université de Keele dans le Staffordshire, au Royaume-Uni, le nombre de cas de schizophrénie diagnostiqués dans les années 1996 à 2005, ne soutient pas l’hypothèse selon laquelle la consommation de cannabis augmente le risque de développement de la schizophrénie ou d’une psychose. Une analyse d’informations issues de 183 consultations de médecin d’Angleterre, du Pays de Galle, d’Écosse et d’Irlande du Nord a été réalisée pour cette étude. L’étude couvre annuellement une moyenne de 600 000 malades, représentant approximativement 2.3% de la population du Royaume-Uni âgée de 16 à 44 ans. Entre 1996 et 2005, les cas de schizophrénie et de psychose ont été stables ou en baisse.

Une étude récemment publiée stipule que la consommation de cannabis a été multipliée par quatre entre 1972 et 2002, et par 18 pour les jeunes de moins de 18 ans. Comme le suggère une autre étude, si le risque de schizophrénie est multiplié par 1.8 parmi les consommateurs légers, et par 3.1 pour de plus gros consommateurs, en acceptant un risque plus élevé pendant 20 ans, on aurait dû constater une augmentation de 29% de l’incidence de la schizophrénie, entre 1996 et 2005. Les chercheurs ont conclu que «
cette étude ne permet pas de lier le cannabis à la schizophrénie et aux psychoses», et que
«
les facteurs sous- jacents de la schizophrénie et des psychoses restent stables, voire en baisse durant la période de l’étude.
»


(Source
: Frisher M, Crome I, Martino O, Croft P. Assessing the impact of cannabis use on trends in diagnosed schizophrenia in the United Kingdom from 19996 to 2005. Schizophr Res. 2009 Jun 26.

[publication électronique avant impression])

Dernière modification par Alex J. ; 11/07/2009 à 21h23.
Réponse avec citation
Réponse

Liens sociaux

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 00h24.


Powered by vBulletin® Version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #19 par l'association vBulletin francophone