Vous êtes ici: Home > Foire aux questions > Grossesse : Le cannabis/THC est-il toxique pour le fœtus pendant la période de gestation ?

Grossesse : Le cannabis/THC est-il toxique pour le fœtus pendant la période de gestation ?

Institut de médecine (Etats-Unis)

« Les études qui ont cherché à mettre en évidence une corrélation entre une exposition prénatale au cannabis et les critères d'état du nouveau-né ont donné des résultants contradictoires. À l'exception des jeunes mères adolescentes, il y a peu d'éléments mettant en évidence un raccourcissement du temps de gestation chez les mères qui fument du cannabis. Quelques études concernant des femmes ayant fumé régulièrement du cannabis pendant toute la période de gestation montrent qu'elles ont tendance à mettre au monde des enfants présentant un déficit de poids corporel à la naissance. (...)
Nombre de ces études indiquent des effets délétères associés au cannabis identiques à ceux de la fumée de tabac et l'action de fumer constitue un facteur significatif si bien que la contribution des cannabinoïdes ne peut être confirmée. Une étude portant sur des enfants nouveau-nés de mères jamaïcaines ayant ingéré ou non du cannabis pendant leur grossesse, ne montre pas de différence dans l'analyse des facteurs neurologiques du comportement aussi bien dans les trois jours qui ont suivi la naissance qu'un mois plus tard. (...)
Depuis 1978, la " Ottawa Prenatal Prospective Study"[L'étude prospective prénatale d'Ottawa] s'est mise à évaluer les fonctions cognitives des enfants nés de mères ayant fumé du cannabis pendant leur grossesse. (...)Les divers échantillons de groupes d'enfants exposés au cannabis n'ont pas montré de différence persistante lors des mesures globales de l'intelligence avec des tests d'évaluation portant sur le développement du langage, la maîtrise de la lecture, la vue ou les facultés de perception objective.
On a pu mettre en évidence des déficits cognitifs modérés chez ces enfants lorsqu'ils étaient âgés de quatre jours et aussi à quatre ans; mais ces déficits n'apparaissaient plus à cinq ans.
De toutes façons, les expositions prénatales au cannabis ne restaient pas sans impact persistant. Mais, à titre de comparaison avec l'exposition prénatale à la fumée de tabac, on trouve dans la même étude pour les deux tranches d'âge de 5-6 ans et de 9-12 ans, une altération significative des tests évaluant le fonctionnement du langage, de l'habileté et de la cognition. »
Joy JE, Watson SJ, Benson JA, eds. Marijuana and medicine: Assessing the science base. Institute of Medicine. Washington DC: National Academy Press, 1999.

 

Peter Fried

« Les conséquences d'une exposition prénatale au cannabis sont subtiles". L'impact sur le déroulement de la grossesse et le nouveau-né paraît considérablement éclipsé par d'autres facteurs de risque. Il existe des indices en faveur d'une faible action frénatrice sur la croissance fœtale et un effet modéré sur le bon fonctionnement du système nerveux central. Pendant la petite enfance on trouve peu d'anomalies de la courbe de croissance ou du comportement en relation avec une imprégnation cannabique prénatale. Cependant, passé l'âge de trois ans, l'attention est attirée par des signes suggérant une possible corrélation entre une exposition prénatale au cannabis et des aspects du comportement cognitif tombant sous la rubrique « fonction exécutive ». Les facettes de cette structure conceptuelle qui paraissent particulièrement atteintes touchent aux domaines de l'attention/impulsivité et de la résolution de situations à problèmes qui requièrent le bon fonctionnement basique des performances d'intégration et de manipulation associées à la vision et la perception objective Bien qu'on se trouve face à une convergence de données pertinentes, le nombre très limité d'études ayant permis de suivre des enfants de plus de trois ans, souligne la nécessité de mener d'autres investigations bien contrôlées dans ce domaine. »
Fried P. Pregnancy. In: Grotenhermen F, Russo E, eds. Cannabis and cannabinoids. Pharmacology, toxicology, and therapeutic potential. Haworth Press, Bing-hamton/New York 2001, in press.

 

Franjo Grotenhermen

« Il est peu probable que le cannabis n'entraîne des malformations fœtales ou embryonnaires. Les données épidémiologiques démontrant l'effet sur le poids à la naissance, ne sont pas fiables. Il existe des signes clairs mais subtils affectant le développement cérébral se traduisant par des perturbations des fonctions cognitives chez les enfants d'usagers de cannabis. Certains chercheurs redoutent l'existence de telles perturbations cependant que d'autres croient que le cannabis n'entraîne pas d'effets négatifs significatifs. Il est possible que des désordres cognitifs subtils imputables au cannabis ne puissent être observables avant l'âge scolaire ou préscolaire. (...) Aucune observation ne rapporte une influence sur la croissance fœtale d'enfants nés de mères faisant un usage chronique de cannabis. Dans la mesure du possible, cependant, il vaudrait mieux éviter le cannabis pendant la grossesse et la période d'allaitement à cause des données sujettes à controverse quant à l'action délétère subtile affectant le développement cognitif. »
Grotenhermen F. Review of unwanted actions of Cannabis and THC. In: Grotenhermen F, Russo E, eds. Cannabis and cannabinoids. Pharmacology, toxicology, and therapeutic potential. Haworth Press, Bing-hamton/New York 2001, in press.
Grotenhermen F. Practical hints. In: Grotenhermen F, Russo E, eds. Cannabis and cannabinoids. Pharmacology, toxicology, and therapeutic potential. Haworth Press, Bing-hamton/New York 2001, in press.
 

Members only

Please click here to visit the Members Only Area with a film to honour Prof Raphael Mechoulam, 
Please click here to become a member.

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.