Vous êtes ici: Home > Foire aux questions > Crise cardiaque : Le cannabis peut-il déclencher un infarctus du myocarde ?

Crise cardiaque : Le cannabis peut-il déclencher un infarctus du myocarde ?

Termes techniques :

- Angor (angine de poitrine) = Sensation d'oppression ou de douleur dans la poitrine due à un malaise cardiaque
- Béta-bloquants = catégorie de medicaments utilisés pour le traitement de l'hypertension artérielle et certains troubles cardiaques
- Coronaire= relatif aux artères du coeur
- Maladie coronarienne (pathologie cardio-coronarienne) = rétrécissement des artères du coeur
- PCR(protéine C-réactive) = indicateur du degré d'inflammation - Temps d'épreuve ou de résistance à l'effort = Mesure le temps de résistance à l'effort dans l'exploration des fonctions cardiaques(moment d'apparition des signes de souffrance tissulaire sur l'E.C.G d'effort etc…)
- Etude épidémiologique longitudinale = enquête permettant de suivre un certain groupe de gens (souvent plusieurs centaines ou de milliers) sur une longue période de temps visant à mettre en évidence des différences dans des sous-groupes comme, par exemple, l'influence du mode de vie et des habitudes
- Myocarde = muscle cardiaque
- Myocardique = relatif au muscle cardiaque
- Infarctus du myocarde = crise cardiaque

Murray A. Mittleman et collègues

Nous avons interrogé 3882 patients (1258 femmes) victimes d'une crise aiguë d'infarctus du myocarde, en moyenne 4 jours après l'épisode inaugural. (...) Sur les 3882 patients, 124 (3.2%) ont reconnu avoir fumé du cannabis au cours de l'année antérieure, 37 dans les 24 heures et 9 dans l'heure qui a précédé les symptômes d'infarctus du myocarde. (...) Le risque de faire un infarctus était 4,8 fois plus élevé qu'en situation normale (intervalle de confiance de 95%, entre 2,4 et 9,5) dans les 60 minutes après avoir fumé du cannabis. Après cela, le risque élevé a rapidement diminué. Conclusion: Fumer du cannabis constitue un facteur rare de déclenchement d'infarctus du myocarde.
Mittleman MA, Lewis RA, Maclure M, Sherwood JB, Muller JE. Triggering Myocardial Infarction by Marijuana. Circulation 2001;103(23):2805-2809.

Centre Lindesmith (USA)

Une analyse des méthodes de recherche utilisées [dans l'étude de Mittleman et collègues] révèle des failles qui sautent aux yeux. La taille de l'échantillon est insignifiant d'un point de vue statistique, aucune relation de cause à effet n'a été établie et l'étude elle-même n'a jamais été renouvelée. (...)
Parmi les 3882 patients victimes d'infarctus du myocarde, 124 étaient des usagers habituels et 9 avaient fumé pendant l'heure qui a suivi leur crise cardiaque. En se basant sur cet échantillon minuscule sélectionné par lui-même, le Dr. Mittleman en arrive à la conclusion que le risque d'infarctus est 4,8 fois plus élevé après avoir fumé du cannabis. La taille de l'échantillon à elle seule enlève déjà tout sens au résultat. En admettant que les conclusions du Dr. Mittleman soient correctes, le fait que le risque d'infarctus du myocarde chez un homme de 50 ans en bonne santé par ailleurs soit de 10 sur un million, met en lumière le sensationnalisme de la large publicité (souligne incontestablement la volonté publicitaire à large effet d'annonce) réservée à cette étude.
Lindesmith Newsletter. Junk Science Makes Headlines. Questionable Study Links Marijuana Smoking and Heart Attacks. June 15, 2001.

L.A. Gottschalk et collègues

En considérant l'ensemble des résultants d'étude indiquant que fumer du cannabis réduit la perfusion d'oxygène du myocarde, raccourcit le temps de résistance à l'effort avant l'apparition de la douleur d'angine de poitrine et augmente la demande d'oxygène chez les patients souffrant d'angor, l'usage de cannabis est clairement déconseillé à de tels malades.
Gottschalk LA, Aronow WS, Prakash R. Effect of marijuana and placebo-marijuana smoking on psychological state and on psychophysiological cardiovascular functioning in anginal patients. Biol Psychiatry 1977;12(2):255-266.

Franjo Grotenhermen

L'effet dominant (global) de l'usage de cannabis sur la fréquence des accidents d'infarctus du myocarde n'est pas connu. Il ne pourra être mis en évidence que par des études épidémiologiques longitudinales. Il existe quelques études cliniques et rapports de cas renforçant l'hypothèse que l'usage de cannabis pourrait s'avérer nocif pour les gens ayant une pathologie coronarienne et déclencher (induire) une crise cardiaque. Cependant, un tel événement semble très rare. Le cannabis n'induira pas de crise cardiaque chez une personne bien portante.
Certains effets pharmacologiques du cannabis peuvent agir préventivement alors que d'autres seront nocifs.
Les facteurs délétères éventuels :
- La réduction de la perfusion d'oxygène du cœur (seulement si le cannabis est fumé), résultant de la production de monoxide de carbone(CO).
- L'augmentation de la fréquence cardiaque d'environ 45% en moyenne dans l'heure qui suit l'inhalation de fumée. Ainsi une fréquence cardiaque normale de 7O peut monter à 100. Cela augmente le travail et donc les besoins en oxygène du muscle cardiaque.
- Variations de la pression sanguine. Le cannabis peut entraîner une augmentation de la pression artérielle si la personne est allongée, et une chute de tension quand la personne se lève.
Les facteurs de protection possibles:
- Si l'angor résulte d'une contraction spastique des artères coronaires(spasme artériel), le cannabis pourrait lever le spasme.
- Le cannabis réduit l'aggrégation plaquettaire et de ce fait peut limiter la tendance à la formation de caillots sanguins.
- Le cannabis a des propriétés anti-inflammatoires. Le syndrome inflammatoire mesuré par l'index PCR est associé à un plus grand risque d'infarctus du myocarde.
En cas de maladie coronarienne le risque de crise cardiaque lié à l'usage de cannabis est aussi élevé que lors d'une marche à pied ou d'un rapport sexuel. Aussi, si vous ressentez une douleur dans la poitrine pendant la marche ou si vous savez que vous souffrez d'une grave atteinte coronarienne il vaudrait mieux éviter la prise de cannabis ou du moins la limiter à de faibles doses qui n'augmentent pas sérieusement la fréquence cardiaque. Ces faibles doses sont souvent assez fortes pour l'efficacité thérapeutique du cannabis. Vous pouvez mesurer votre fréquence cardiaque(poul) vous-mêmes et déterminer ses changements réactionnels au cannabis. En cas de surdosage accidentel vous pouvez éviter l'accélération de la fréquence cardiaque par la prise d'un béta-bloquant.

Déclaration

Déclaration des Droits de l’Homme en faveur de l’accès médical au cannabis et aux cannabinoïdes

Indica

A new article in Cannabinoids by Jacob Erkelens and Arno Hazekamp on Cannabis Indica.

Conférence IACM 2013

7th Conference on Cannabinoids in Medicine



Photos  
Videos online
Abstract book

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.