Vous êtes ici: Home > Foire aux questions > Tests urinaires : Pendant combien de temps peut-on détecter les métabolites du THC dans les urines ?

Tests urinaires : Pendant combien de temps peut-on détecter les métabolites du THC dans les urines ?

Ellis et ses collègues

Nous avons utilisé deux méthodes habituelles de dépistage pour le test d'exploration fonctionnelle urinaire chez 86 usagers chroniques, après leur dernière prise de cannabis (...). Il a été démontré qu'en surveillant de manière stricte l'abstinence des usagers chroniques, ceux-ci pouvaient présenter des tests urinaires positifs aux cannabinoïdes (...)pendant 46 jours consécutifs encore après leur admission dans le service, et devoir même attendre 77 jours avant de tomber sous le seuil minimum standard pendant 10 jours consécutifs. La moyenne du temps d'excrétion pour les sujets de l'étude a été de 27 jours(...). Les facteurs démographiques, les caractères morphologiques et l'anamnèse de la consommation de drogue n'avaient influencé que modérément la prédiction des tests urinaires."
Ellis GM Jr Mann MA Judson BA Schramm NT Tashchian A. Excretion patterns of cannabinoid metabolites after last use in a group of chronic users. Clin Pharmacol Ther 1985;38(5):572-578.
 

Rolf Aderjahn

L'excrétion du THC et de ses métabolites peut s'étendre sur une période de 4 à 6 semaines chez les usagers chroniques. La littérature relate un usage intensif de cannabis pendant 10 ans où les tests classiques de détection urinaire des métabolites étaient encore positifs après 77 jours. Lors d'une prise isolée ou d'un usage occasionnel, le temps d'excrétion urinaire est rarement limité (quelques heures) et dure habituellement 3 à 5 jours.
Aderjahn R. Toxikologischer Cannabisnachweis [Toxicological cannabis detection]. In: In: Berghaus G, Krüger HP, eds. Cannabis im Straßenverkehr [Cannabis in road traffic]. Stuttgart: Gustav Fischer, 1998.
 

Coleman et Baselt

Coleman et Baselt ont contrôlé les effets de deux produits du commerce dont on vante la propriété d'élimination des drogues du corps. Ils ont comparé la prise orale de QUICK FLUSH et d'ELIMINATOR avec celle de 1200 ml d'eau. Voici leurs conclusions :
"RESULTATS: Chaque protocole thérapeutique étudié a entraîné une réduction de la concentration de drogue ou de ses métabolites (.). L'eau prise isolément s'est révélée approximativement aussi efficace, quant à la diminution du niveau des métabolites, que les deux produits du commerce. Aucun des protocoles thérapeutiques utilisés dans cette étude n'a altéré le pH urinaire, la densité, ou la concentration de créatinine, hors des limites physiologiques normales. CONCLUSIONS: Les manœuvres visant à dissimuler un usage de drogue illicite au moyen d'une dilution par surcharge hydrique sont certainement très efficaces quand les concentrations se rapprochent de la limite du seuil de détection caractéristique d'une étude telle que les phases terminales d'élimination de la drogue."
Coleman DE Baselt RC. Efficacy of two commercial products for altering urine drug test results. J Toxicol Clin Toxicol (1997) 35(6):637-642.

Members only

Please click here to visit the Members Only Area with a film to honour Prof Raphael Mechoulam, 
Please click here to become a member.

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.