[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 12 Octobre 2015

IACM: Mark Ware élu nouveau Président de l’Association

Le 18 septembre 2015, lors de l’édition 2015 de la Conférence sur les cannabinoïdes qui s’est tenue à Sestri Levante, Italie, l’Assemblée Générale a élu le nouveau conseil d’administration et cinq représentants des patients. Ont été réélus : Mark Ware (Canada), Kirsten Müller-Vahl (Allemagne), Daniela Parolaro ( Italie), Roger Pertwee,William Notcutt (Royaume-Uni), Jahan Marcu, Donald Abrams (Etats-Unis) et Ilya Reznik (Israël). Ethan Russo (Etats-Unis )et Manuel Guzman (Espagne) font partie des nouveaux membres ; Mark Ware est élu président et Kirsten Müller-Vahl, vice-présidente. Franjo Grotenhermen reste le directeur exécutif de l’ IACM.

Les représentants des patients sont : Michael Krawitz(Etats-Unis), Alison Myrden (Canada), Sarah Martin (Royaume-Uni) ; Sébastien Beguerie (France), et Max Plenert (Allemagne),sont tous deux élus pour la première fois. Auparavant, l’assemblée générale a changé les statuts de l’IACM afin de permettre l’élection des représentants des patients (maximum de six).

Statutes and Board of Directors of the IACM

IACM: Les prix de l’édition 2015 vont à Antonio Waldo Zuardi, David Robbe, Mahmoud A. Elsohly et Beat Lutz

Pendant le diner de gala de la Conférence sur les cannabinoïdes, l’IACM a honoré quatre personnes pour les résultats obtenus dans le cadre de la réintroduction en médecine du cannabis et des cannabinoïdes. Pour la recherche clinique, le prix va à Antonio Waldo Zuardi, le prix de l’IACM pour la recherche fondamentale à Beat Lutz, celui des jeunes chercheurs à David Robbe, et le prix spécial de l’IACM 2015 à Mahmoud A. Elsohly.

Le Dr Antonio Waldo Zuardi est professeur de psychiatrie à la Medical School, University de São Paulo, Brésil. Depuis 1976, il consacre ses travaux de recherche au cannabidiol. Le Dr Mahmoud A. ElSohly est professeur au National Center for Natural Products Research, professeur de pharmacotechnie à la School of Pharmacy de l’University of Mississippi, et le directeur du
NIDA Marijuana Project. Le Dr David Robbe est professeur associé à l’Institut de Neurobiologie de la Méditerranée, Marseille, France. Beat Lutz est professeure de chimie physiologique à l’Institute de Physiological Chemistry du Centre médical universitaire Mainz, Allemagne qu’elle dirige.

Science/Homme: Le cannabidiol pourrait être efficace pour traiter la schizophrénie

Le cannabidiol CBD, un cannabinoïde non psychotrope, a été efficace pour traiter la schizophrénie de patients dont le traitement habituel avait précédemment échoué. La compagnie britannique GW Pharmaceuticals a présenté des résultats positifs de la phase exploratoire clinique 2 qui incluait 88 patients. Lors de l’essai, les patients ont continué de prendre leur médication antipsychotique habituelle et au hasard, ont reçu du CBD ou un placébo comme traitement d’appoint.

Pour plusieurs aspects de la maladie, le CBD s’est montré de manière systématique meilleur que le placébo, par exemple pour l’impression globale clinique de la gravité ainsi que pour l’impression globale du patient relative à l’amélioration. La proportion des personnes qui ont répondu sur le CBD a été presque trois fois supérieure à celle des participants qui ont reçu le placébo. Peu d’effets indésirables ont été notés et la fréquence générale des effets indésirables était proche de celle du placébo.

Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 15 septembre 2015

Reuters du 15 septembre 2015

Science/Homme: Pour traiter la douleur chronique, l’usage médical du cannabis est sans danger

Par rapport à la non-consommation, la consommation de cannabis (sous forme d’herbe) est associée à un taux d’effets indésirables modérés ou mineurs. Quant aux effets indésirables graves, il n’a pas été trouvé de différence avec une dose moyenne de 2,5g de cannabis par jour. Ces résultats sont ceux de l’étude COMPASS (Cannabis for the Management of Pain: Assessment of Safety Study). Cette étude multicentrique nationale, menée par le docteur Dr Mark Ware du McGill University Health Centre à Montréal, Canada, s’est intéressée à la sécurité de l’usage médical du cannabis parmi les patients souffrant de douleur chronique.

Les scientifiques ont trouvé que les patients présentant des douleurs chroniques, et ayant consommé quotidiennement pendant un an du cannabis, lorsque bien suivis, ne présentent pas plus d’effets secondaires graves que les patients qui ne prenaient pas de cannabis. Les chercheurs ont suivi 215 patients adultes, présentant une douleur chronique non cancéreuse, qui ont consommé du cannabis et ils les ont comparé à un groupe contrôle de 216 patients qui souffraient de douleur chronique, mais ne consommaient pas de cannabis. L’étude impliquait sept centres de la douleur au Canada . Il était donné aux consommateurs de cannabis du cannabis sous forme d’herbe contenant 12.5% de THC qui provenait d’un producteur autorisé. Chaque mois, les patients devaient fournir des informations sur les effets secondaires contraires ; les réponses étaient relatives à la fonction pulmonaire, englobaient des tests cognitifs, et examinaient leur douleur, humeur et niveau de qualité de vie.

Ware MA, Wang T, Shapiro S, Collet JP; COMPASS study team. Cannabis for the Management of Pain: Assessment of Safety Study (COMPASS). J Pain. 15 sept 2015. [sous presse]

Science Daily du 29 septembre 2015

Science/Homme: Aux Etats-Unis, la consommation de cannabis par les adolescents a diminué malgré la légalisation de l’usage médical dans de nombreux Etats

Nombreux sont les Etats, qui aux Etats-Unis ont voté des lois qui décriminalisent le cannabis, et plus de 20 Etats ont en légalisé l’usage médical. Deux nouvelles études nous indiquent que la consommation par les adolescents a chuté pendant cette période. « Malgré les changements considérables des règles législatives relatives à la marijuana, ces quinze dernières années, la consommation de marijuana des lycéens a diminué, a conclu une des études publiée dans Drug and Alcohol Dependence. L’étude s’intéresse à la consommation de cannabis des étudiants des Etats-Unis qui est mesurée tous les deux ans par le National Youth Risk Behavior Survey. En 1999, 47,2% des lycéens avaient indiqué avoir déjà fumé du cannabis. Ce chiffre est tombé à 36,8% en 2009. En 2013, il remonte à 40,7%, mais les auteurs de l’étude ont trouvé que cette hausse n’est pas significative.

L’autre étude, publiée dans l’ American Journal of Drug and Alcohol Abuse, propose une raison à cette tendance à la diminution de la consommation : la forte désapprobation de la consommation de cannabis parmi les jeunes adolescents est bien plus active qu’elle ne l’était, il y a dix ans. Cette étude examinait toute une série de données : attitudes relatives au cannabis et à la consommation de cannabis comme décrite dans la National Survey on Drug Use and Health. Les chiffres montrent aussi une consommation plus faible entre 2002 et 2013. La désapprobation augmente parmi les jeunes entre 13 et 14 ans.

Johnson RM, Fairman B, Gilreath T, Xuan Z, Rothman EF, Parnham T, Furr-Holden CD. Past 15-year trends in adolescent marijuana use: Differences by race/ethnicity and sex. Drug Alcohol Depend 2015;155:8-15.

National Youth Risk Behavior Survey

Washington Post du 21 décembre 2015

Science/Homme: Succès de la thérapie à base de cannabis d’une série de cas de 30 patients résistants au traitement du TDAH

Les patients adultes souffrant de TDAH et résistants au traitement pharmacologique conventionnel
(methylphenidate, atomoxetine et amphétamine ou dérivés d’amphétamine) peuvent améliorer certains de leurs symptômes grâce au cannabis. La concentration et le sommeil sont meilleurs, l’impulsivité réduite. Les certificats médicaux anonymes de trente patients adultes présentant un TDAH, issus de la pratique médicale du Dr Franjo Grotenhermen à Rüthen, ont été analysés par le Dr nun in Eva Milz, Medical Practice for Psychiatry and Psychotherapy, Berlin, Allemagne.

Entre 2012 et 2014, tous ces patients avaient pu consommer des fleurs de cannabis. En Allemagne, certains patients peuvent demander au Bundesopiumstelle du ministère de la Santé la possibilité d’utiliser du cannabis achetées en pharmacies, si les thérapies standard de certaines maladies ou symptômes ne sont pas efficaces, ou associées à des effets secondaires graves. La moyenne d’âge de ces patients (28 hommes et 2 femmes, de 21 à 51 ans) était de 30 ans. Pour 63% des cas, le TDAH avait été diagnostiqué à l’âge adulte. Tous les patients dont le diagnostic avait été formulé pendant l’enfance (entre 6 et 13 ans) avaient été traités avec du méthylphénidate. L'atomoxétine, la déexamphétamine, la lisdexamphétamine et des amphétamines ont constitué des traitements plus tardifs. A cause des effets secondaires et de l’inefficacité de ces traitements, des médications ont été discontinues. Huit patients ont continué à pendre des stimulants et les ont combinés avec du cannabis. Vingt deux patients n’ont utilisé que le cannabis.

Milz E, Grotenhermen F. Successful therapy of treatment resistant adult ADHD with cannabis: experience from a medical practice with 30 patients. Abstract book of the Cannabinoid Conference 2015, September 17-19, Sestri Levante, Italie, page 85.

Science/Homme: Selon une étude importante, le cannabis réduit les symptômes de nombreuses conditions médicales

Une étude incluant 1331 participants, qui consomment du cannabis à des fins médicales et qui ont répondu entre décembre 2013 et décembre 2014, indique une amélioration générale des symptômes mesurée par 3,96 sur une échelle de -5 (aggravation) à +5 (amélioration), quelle que soit la condition médicale. L’auteure principale, le Dr Michelle Sexton du Center for the Study of Cannabis and Social Policy à Seattle et le Bastyr University Research Institute ont présenté les données de leur étude en cours à la Conférence sur les cannabinoïdes de 2015, à Sestri Levante, Italie.

Les participants, d’où qu’ils viennent, pouvaient prendre part au sondage anonyme en se faisant connaitre aux unités de distribution du cannabis de l’Etat de Washington et via internet. 55% des participants étaient de sexe masculin. Les symptômes les plus courants étaient la douleur, l’anxiété, la dépression, le mal de tête/ migraine, et l’arthrite. L’inhalation était la manière préférée de consommer les 3 à 7 grammes hebdomadaires.

Sexton M, Finnell J, Stefano J, Mischley LK. An international survey of medical cannabis use: use patterns and health effects. Abstract book of the Cannabinoid Conference 2015, September 17-19, Sestri Levante, Italie, page 38.

Pour participer à l’étude: website.

En bref

Science: Numéro spécial sur le cannabis
Une édition spéciale du journal Nature sur le cannabis est disponible pendant 6 mois gratuitement.
Website

Etats-Unis: Le cannabis à usage récréatif est autorisé dans l’Oregon
Les ventes de cannabis à usage récréatif ont commencé dans l’Oregon le 1er octobre. En autorisant la vente de ce produit toujours interdit par la loi fédérale, l’Oregon a rejoint l’Etat de Washington et du Colorado. Les résidents de l’Oregon de plus de 21 ans, peuvent acheter jusqu’à un quart d’once (sept grammes) de cannabis séché aux 200 dispensaires existants.
Reuters du 1er octobre 2015

Science/Homme: Le THC n’a pas été efficace pour prévenir les nausées post-chirugicales
Dans une étude, il a été donné à 40 patients qui présentaient un risque certain de nausée post chirurgicale et de vomissement 0.125 mg de THC par kilogramme de poids, par intraveineuse à la fin de l’acte opératoire ou un placébo. Le THC n’a pas été plus efficace que le placébo. Les effets secondaires ont été décrits comme cliniquement intéressants par les auteurs.
Bern University Hospital, Suisse.
Kleine-Brueggeney M, et al. Anesth Analg. 30 sept 2015. [sous presse]

Science/Homme: Les patients présentant une maladie inflammatoire intestinale prennent de plus fortes doses de cannabis
Dans une étude incluant 2 084 895 sujets présentant une maladie inflammatoire intestinale et 2 013 901 sujets contrôles, les participants avec la maladie étaient plus enclins à avoir déjà utilisé du cannabis. Les patients avec la maladie avaient tendance à consommer des quantités quotidiennes plus importantes.
Temple University Hospital, Philadelphia, USA.
Weiss A, et al. Drug Alcohol Depend. 2015 Sep 14. [in press]

Science/Homme: La concentration d’endocannabinoïde n’est pas altérée lors du toucher du massage
Dans une étude incluant 20 personnes en bonne santé, le toucher du massage n’a pas eu d’effet sur les niveaux sanguins de l’endocannabinoids anandamide et de 2-AG (2-arachidonoylglycerol) comparé à une situation où les patients se sont simplement détendus.
Department of Integrative Medical Biology, Umeå University, Suède.
Lindgren L, et al. BMC Res Notes. 2015;8:504.

Science/Cellules: L’anandamide et 2-AG ont des effets différents sur les cellules productrices d’os
Les études sur des ostéoblastes de l’homme (cellules qui synthétisent l’os) ont montré une implication certaine des endocannabinoïdes anandamide et de 2-arachidonoylglycerol dans la modulation de l’activité des ostéoblastes. Les effets des 2 endocannabinoïdes se sont avérés différents.
Royal Derby Hospital, University of Nottingham, Grande Bretagne.
Smith M, et al. PLoS One. 28 sept 2015 ;10(9):e0136546.

Science/Animal: L’activation des récepteurs CB2 améliore la perfusion de sang dans les capillaires de l’iris
Chez des rats, l’administration systématique d’un cannabinoïde a amélioré le flux sanguin de l’iris de l‘œil. Cet effet est probablement transmis par l’activation des récepteurs CB2. Les auteurs ont écrit que leurs résultats indiquent que les micro-vaisseaux peuvent servir de modèle d’étude de la microcirculation pendant l’inflammation systémique.
Department of Pharmacology, Dalhousie University, Halifax, Canada.
Toguri JT, et al. Clin Hemorheol Microcirc. 9 sept 2015. [sous presse]

Science/Homme: La consommation de cannabis pendant la grossesse n’a pas causé d’anomalie
Dans une étude incluant 6468 femmes enceintes, dont 361 d’entre elles fumaient du cannabis, la consommation de cannabis n’a pas augmenté le nombre de complications pendant la naissance, ni les anomalies du nouveau né. Cependant, le risque de nouveaux nés de petite taille était augmenté de 30%.
Department of Obstetrics and Gynecology, University of Cincinnati College of Medicine, USA.
Warshak CR, et al. J Perinatol. 24 sept 2015. [sous presse]

Science/Animal: Un agoniste périphérique des récepteurs CB2 a prévenu les lésions du foie que cause la cisplatine
Un cannabinoïde synthétique (LEI-101), qui n’active que les récepteurs CB2 dans la périphérie et non pas dans le cerveau, a prévenu les lésions causées par la cisplatine, produit utilisé pour la chimiothérapie du cancer.
National Institutes of Health, Maryland, USA.
Mukhopadhyay P, et al. Br J Pharmacol. 23 septembre 2015. [sous presse]

Science/Animal: Un inhibiteur de la dégradation de l’anandamide et de 2-AG est plus efficace pour réduire la douleur que l’endocannabinoïde pris seul
Une substance (JZL 195), qui inhibe la fonction des deux enzymes (FAAH and MAGL) responsables de la dégradation des endocannabinoïdes anandamide et de 2-AG, est plus efficace pour réduire la douleur neuropathique que les inhibiteurs de l’un de ces deux enzymes seul.
University of Sydney at Royal North Shore Hospital, St Leonards, Australie.
Adamson Barnes NS, et al. Br J Pharmacol. 23 septembre 2015. [sous presse]

Science/Animal: L’administration de THC n’a pas fait augmente les doses d’héroïne que pouvaient s’auto-administrer les singes
Les singes rhésus ont pu s’auto-administrer de l’héroïne en appuyant sur un levier. Un traitement quotidien de THC, toutes les douze heures, soit n’a pas produit d’effet ou bien a fait décroitre la demande d’héroïne. Les auteurs ont écrit que l’administration répétée de THC « probablement ne fait pas accroitre, et fait éventuellement décroitre les effets positifs renforçants » de l’héroïne.
The University of Texas Health Science Center at San Antonio, USA.
Maguire DR & France CP. Behav Pharmacol. 21 septembre 2015. [sous presse]

Science/Animal: Interactions du THC et du CBD
Une étude sur les souris à qui il a été administré du THC, du CBD ou une combinaison de THC et de CBD a montré que le CBD potentialisait les réductions induites des mouvements, mais réduisait la diminution de la température du corps et l’induction de l’anxiété par le THC. Le CBD seul, ne produit pas d’effet sur ces actions. Le THC fait accroitre l’activation de onze des trente cinq régions du cerveau étudiées. La co-administration de CBD a supprimé cette activation dans six de ces régions du cerveau.
The Brain and Mind Centre, University of Sydney, Australie.
Todd SM & Arnold JC. Br J Pharmacol. 17 sept 2015. [sous presse]

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

Déclaration

Déclaration des Droits de l’Homme en faveur de l’accès médical au cannabis et aux cannabinoïdes

Indica

A new article in Cannabinoids by Jacob Erkelens and Arno Hazekamp on Cannabis Indica.

Conférence IACM 2013

7th Conference on Cannabinoids in Medicine



Photos  
Videos online
Abstract book

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.