[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 02 Octobre 2013

Etats-Unis: La Cour Suprême a indiqué que les administrés peuvent évoquer la nécessité d’utiliser du cannabis pour raison médicale

Le 19 septembre, la Cour suprême, Washington, a indiqué que les personnes appréhendées pour un délit relatif au cannabis peuvent évoquer la nécessité d’un usage médical, même si elles n’ont pas suivi les recommandations des lois de l’État relatives au cannabis. Acclamé par les défenseurs des patients, les juges ont indiqué que les votants n’ont pas écarté « la défense de la nécessité médicale » quand ils ont voté les lois relatives à la marijuana médicale, en 1988.

La décision signifie que les personnes qui n’ont pas l’argent ou l’assurance pour voir un médecin prescripteur de cannabis, ou qui ne disposent pas dans leur communauté d’un tel médecin, auront néanmoins la possibilité d’indiquer devant une cour qu’ils avaient une raison médicale de consommer du cannabis, a indiqué l’avocate de Seattle, Suzanne Lee Elliott. Les lois de l’État sur le cannabis médical permettent aux personnes de consommer du cannabis dans le cas de certaines conditions médicales débilitantes, telles que les cancers, le SIDA, ou des douleurs irrémédiable. Il est demandé à ces personnes d’obtenir une autorisation de consommer du cannabis d’un professionnel de santé autorisé avant de pouvoir bénéficier de la loi. La juge Barbara Madsen a écrit que les personnes qui dérogent aux lois médicales peuvent néanmoins indiquer devant une cour qu’ils avaient besoin du cannabis pour ces raisons médicales ; pour faire cela, il faut aussi que ces personnes montrent que se conformer aux lois médicales sur le cannabis n’était pas une alternative viable.

Associated Press of 19 September 2013.

En bref

Science/Royaume-Uni: un extrait de cannabis riche en cannabidivarin sera testé sur l’homme
Le 18 septembre, la compagnie GW Pharmaceuticals a annoncé qu’elle avait commencé un essai clinique de phase 1 sur le nouveau produit GWP42006 destiné au traitement de l’épilepsie.
GWP42006 est un extrait de cannabis riche en cannabidivarin (CBDV). Ces cinq dernières années, GW a conduit un programme de recherches précliniques sur les cannabinoïdes et le champ de l’épilepsie en collaboration avec l’Universitié de Reading, Royaume-Uni. Cette recherche a conduit à l’émergence d’un nombre de candidats thérapeutiques cannabinoïdes montrant des propriétés anti-épileptiques. L’extrait riche en cannabidivarin (GWP42006) est un des candidats les plus prometteurs.
Press release by GW Pharmaceuticals of 18 September 2013.

Science/Homme: le sativex produit de bons résultats dans le traitement clinique de la spasticité due à la sclérose en plaques
Dans un hôpital, en Espagne, les résultats du traitement avec du sativex sur 50 patients souffrant de spasticité due à la sclérose en plaques, entre avril 2008 et mars 2012, ont été analysés. La raison de la prescription du cannabis était la spasticité pour 44%, la douleur pour 10% et pour les deux raisons dans 46% des cas. L’extrait de cannabis s’est révélé efficace pour 80% des patients à une dose moyenne de cinq pulvérisations par jour. Les auteurs ont conclu que le THC/CBD semble représenter une alternative de choix aux traitements standards, puisque ce produit améliore les symptômes d’une spasticité résistante, et un profil de toxicité acceptable. »
Hospital Universitario y Politécnico La Fe, Valencia, Spain.
Lorente Fernández L, et al. Neurologia. 10 septembre 2013. [in press].

Science/Homme: les personnes atteintes d’un trouble du stress post-traumatique présentent des niveaux d’endocannabinoïdes réduits
Dans une étude portant sur 46 sujets qui se trouvaient prés du World Trade Center, au moment de l’attaque du 11 septembre 2001, 22 ne souffrent pas de trouble du stress post-traumatique, et 24 remplissent les critères du trouble du stress post-traumatique. Les chercheurs ont remarqué que les personnes présentant le trouble avaient des niveaux d’endocannabinoïdes anandamide plus faibles.
Department of Cell Biology & Anatomy and Psychiatry, University of Calgary, Canada.
Hill MN, et al. Psychoneuroendocrinology. 2013 Sep 10. [in press].

Science/Animal: l’acide cannabidiolique améliore les effets nauséeux que le metoclopramide induit
Chez les rats, les effets du metoclopramide, un médicament médicinal utilisé dans le traitement des nausées et des vomissements ont été augmentés par le cannabinoïde naturel CBDA (acide cannabidiolic). Les scientifiques ont conclu que « le CBDA pourrait représenter un supplément puissant au traitement des régimes antiémétiques des nausées induites par la chimiothérapie. »
Department of Psychology, University of Guelph, Canada.
Rock EM & Parker LA. Pharmacol Biochem Behav. 2013 Sep 4. [in press].

Science/Animal: les endocannabinoïdes efficaces contre les nausées
Sur le modèle du rat, une amélioration du système endocannabinoïde réduit la nausée anticipatoire. Les chercheurs ont utilisé un inhibiteur de la dégradation endocannabinoïde (JZL195).
Department of Psychology and Neuroscience Graduate Program, University of Guelph, Canada.
Limebeer CL, et al. Psychopharmacology (Berl). 2013 Sep 17. [in press].

Science/Homme: les endocannabinoides influencent l’effet placebo
Certaines variantes du gêne de l’acide hydrolase de l’anandamide FAAH qui est responsable de la dégradation des endocannabinoïdes, ont provoqué, chez l’homme, une analgésie placébo supérieure. Les chercheurs ont écrit que ceci démontrait l’implication des endocannabinoïdes dans les effets placébo.
Department of Psychiatry, University of Michigan, Ann Arbor, USA.
Peciña M, et al. Mol Psychiatry. 17 septembre 2013. [in press].

Science/Cellules: l’anandamide est efficace pour lutter contre les cellules cancéreuses de la peau
Lors d’expériences menées sur des cellules humaines de la peau (mélanome), les effets anticancéreux de l’endocannabinoïde anandamide ont été examinés. Les chercheurs ont indiqué : « Par-dessus tout, ces découvertes démontrent que l’AEA induit une cytotoxicité contre les mélanomes de l’homme dans une gamme de concentration micromolaire, à travers un mécanisme complexe qui implique l’activation des récepteurs CB1. »
Department of Pharmacy, University of Pisa, Italy.
Adinolfi B, et al. EUR J Pharmacol. 13 septembre 2013. [in press].

Science/Animal: les endocannabinoïdes réduisent un surcroit d’activité de la vessie
Lors d’expériences réalisées sur des rats, un traitement avec un inhibiteur de FAAH (acide hydrolase de l’anandamide, enzyme qui dégrade les endocannabinoïdes) a réduit le surcroit d’activité de la vessie.
Urological Research Institute, San Raffaele Scientific Institute, Milan, Italy.
Gandaglia G, et al. Neurourol Urodyn. 29 août 2013. [in press].

Science/Animal: les endocannabinoïdes influencent les effets des médicaments traitant la migraine
La recherche, sur le modèle animal, montre une nouvelle interaction entre les systèmes endocannabinoïdes et sérotonergiques lors du processus de la douleur, au niveau du cerveau. Ceci suggère qu’une partie de l’action thérapeutique des triptans pourrait se faire par les neurones présentant l’endocannabinoïde. dans la matière grise ventrolatérale périqueductale du tronc cérébral, une région impliquée dans la perception de la douleur. Les triptans sont des médicaments très efficaces pour traiter les migraines.
Department of Neurology, University of California, San Francisco, USA.
Akerman S, et al. J Neurosci 2013;33(37):14869-77..

Science/Animal: le CBD réduit la neurodégénération induite par l’alcool
Lors d’expériences menées sur des rongeurs, le CBD (cannabidiol) a réduit la dégénération des cellules nerveuses causées par l’alcool. Les chercheurs ont utilisé un gel contenant du CBD administré localement sur la peau des animaux. Ils ont écrit que « ces résultats démontrent la faisabilité de l’utilisation des systèmes transdermiques de livraison du CBD pour le traitement de la neurodégénération induite par l’alcool. »
College of Pharmacy, University of Kentucky, Lexington, USA.
Liput DJ, et al. Pharmacol Biochem Behav. 2013 Sep 5. [in press].

Science/Homme: le stress est un facteur majeur de la rechute des patients dépendants des opioïdes et traités avec de la méthadone
Une étude portant sur 315 patients dépendants aux opioïdes, traités à la méthadone, s’est intéressée à la relation entre le stress perçu et l’abus de substance. Les chercheurs ont trouvé que le stress pourrait être un indicateur de risque de consommation de substances illicites, un risque connu de rechute pour les opiacés illicites.
Warren Alpert Medical School of Brown University, Providence, USA.
Moitra E, et al. Drug Alcohol Depend. 26 août 2013. [in press].

Science/Homme: aucune maladie gloable induite par le cannabis
Lors d’une analyse mondiale du poids que représentent les maladies aggravées par la consommation de drogues illégales, aucun lien avec le cannabis n’a été trouvé. La dépendance à cette drogue illicite représente directement 0,8% du poids total des maladies. Les facteurs de risques les plus importants sont les dépendances aux opioïdes, aux amphétamines, et à la cocaïne.
National Drug and Alcohol Research Centre, University of New South Wales, Sydney, Australia.
Degenhardt L, et all. Lancet. 2013 Aug 28.[in press]

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

IACM Conference 2019

The IACM Conference 2019 will be held on October 31 - November 2, 2019, at Estrel Hotel, Berlin, Germany.

Members only

Please click here to visit the Members Only Area with a film to honour Prof Raphael Mechoulam, 
Please click here to become a member.

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.