[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 07 Septembre 2009

Science: le cannabis et le tabac produisent des effets différents sur les fonctions pulmonaires

Selon une étude épidémiologique, menée en Nouvelle-Zélande, les poumons réagissent différemment à la fumée de cannabis et à la fumée de tabac. Les chercheurs ont comparé les associations entre l’usage de ces substances et les fonctions pulmonaires de 1037 adultes âgés de 32 ans. Ceux-ci ont été questionnés à 18, 21, puis 26 ans, et finalement à 32 ans sur leur consommation de cannabis et de tabac. En résumé, les scientifiques disent que : « l’on observe chez les consommateurs de cannabis un volume pulmonaire plus important, ce qui laisse suggérer ... une résistance bronchique accrue, et peu d’altération quant à l’arrivée de l’air ou au transfert des gaz. »

On a trouvé que la consommation de cannabis était associée « à une capacité vitale supérieure [volume d’air maximum qu’une personne exhale après une inhalation maximum], la capacité pulmonaire totale plus importante [volume d’air contenu dans le poumon à la fin d’une inspiration maximale], ainsi qu’un volume résiduel plus grand [quantité d’air dans les poumons après une exhalation maximale]. » Le cannabis a aussi été associé à une résistance bronchique accrue. Le volume expiratoire maximal par seconde [volume expiré en 1seconde après une inhalation maximale] est le même. Les auteurs notent que « ces résultats sont les mêmes pour les participants qui ne fument pas de tabac. » Par contre, le volume expiratoire maximal par seconde est inférieur pour les fumeurs de tabac.

(Source : Hancox RJ, Poulton R, Ely M, Welch D, Taylor DR, McLachlan CR, Greene JM, Moffitt TE, Caspi A, Sears MR. Effects of cannabis on lung function : a population-based cohort study. EUR Respir J. 13 aout 2009. [ publication électronique avant la parution ])

Science: Science : la consommation de cannabis pourrait protéger le cerveau de certaines conséquences dues à la consommation d’alcool

Des chercheurs californiens se sont intéressés aux effets de la consommation de l’alcool et du tabac sur l’intégrité de la substance blanche du cerveau. La comparaison a été effectuée sur 42 adolescents âgés de 16 à 19 ans qui appartenaient à l’un des trois groupes suivants : gros consommateurs d’alcool, gros consommateurs d’alcool et de cannabis, et des adolescents qui ne prenaient pas de drogue (contrôlés).

Il a été remarqué des différences sur huit régions de la substance blanche entre les consommateurs d’alcool et les abstinents contrôlés. Dans quatre de ces régions, les consommateurs d’alcool et de cannabis présentaient de meilleurs résultats que ceux qui ne faisaient que boire. Les auteurs ont noté que «le groupe présentant une hyper alcoolisation et une consommation de cannabis positive ne se distinguaient pas autant des non-consommateurs que ceux qui consommaient périodiquement beaucoup d’alcool. » Ils ajoutent que « la marijuana pourrait avoir des propriétés neuroprotectives en adoucissant le stress oxydatif de l’alcool ou l’induction de la mort de cellule toxique.

Pour plus d’information :
http ://www.statesman.com/health/content/shared-auto/healthnews/kalc/630296.html

(Source : Jacobus J, McQueeny T, Bava S, Schweinsburg BC, Frank LR, Yang TT, Tapert SF. White matter integrity in adolescents with histories of marijuana use and binge drinking. Neurotoxicol Teratol. 23 juillet 2009. [ publication électronique avant laparution ])

Mexique : Dépénalisation de la possession de petites quantités de drogue

Le 21 août, le Mexique a dépénalisé la possession de petites quantités de drogues, qu’il s’agisse de cannabis, de cocaïne ou d’héroïne. Comme le disent les procureurs, c’est un pas qui permet d’avancer, même dans le cadre de la difficile bataille que mène le gouvernement contre les trafiquants de drogue. Les procureurs ont indiqué que la nouvelle loi fixe clairement la limite, et qu’ainsi la police mexicaine pourra se concentrer sur le trafic de drogue sans se préoccuper des consommateurs occasionnels.

« Il ne s’agit pas de légalisation, mais d’une législation qui fixe les limites de la légalité, » a fait savoir Bernardo Espino del Castillo, membre du ministère de la Justice. La nouvelle loi fixe les quantités maxima de LSD et de méthamphétamines d’une utilisation personnelle. Pour le cannabis, la loi autorise un maximum de cinq grammes pour usage personnel.

Pour plus d’information :
- http ://www.upi.com/Top_News/2009/08/22/Mexico-decriminalizes-small-drug-amounts/UPI-24051250966074/
- http ://hosted.ap.org/dynamic/stories/L/LT_MEXICO_DRUG_DECRIMINALIZATION?SITE=FLTAM&SECTION=HOME&TEMPLATE=news_generic.htm

(Sources : UPI du 22 août 2009, Associated Press du 21 août 2009)

Argentine: la Cour Suprême abroge une sentence pour possession de cannabis

Le 25 août, la Cour suprême a supprimé les peines de prison pour possession de cannabis, en disant que le gouvernement devait rechercher les trafiquants de drogue et traiter les consommateurs de cannabis plutôt que de les mettre en prison. C’est au cours d’un procès qui incriminait de jeunes hommes possesseurs de cigarettes de cannabis que les jugent ont abrogé une loi prévoyant jusqu’à deux ans de prison pour la possession de petites quantités de narcotiques.

Cette décision ne légalise pas la possession de drogue. Mais le chef du gouvernement argentin préfère garder les toxicomanes en dehors du système judiciaire. Il attendait la décision de la Cour Suprême pour proposer une loi à la Chambre. A l’unanimité, les sept juges ont déclaré l’inconstitutionnalité de la prison en cas de consommation privée. « Chaque adulte est responsable de prendre ses propres décisions quant à son mode de vie sans que l’État interfère. L’usage personnel est autorisé à moins qu’il crée un danger réel ou cause une atteinte à la propriété ou aux droits des autres. »

Plus d’information sur :
http ://hosted.ap.org/dynamic/stories/L/LT_ARGENTINA_MARIJUANA?SITE=FLTAM&SECTION=HOME&TEMPLATE=news_generic.htm

(Source : Associated Press du 25 août 2009)

En bref

Science: sclérose en plaques
Selon une recherche menée à l’université de Nottingham, au Royaume uni, les patients souffrant de sclérose en plaques présentent des niveaux d’endocannabinoïdes sanguins supérieurs à ceux des sujets en bonne santé. Les scientifiques ont noté que le système endocannabinoïde est altéré dans les scléroses en plaques, et qu’il « pourrait être activé en fonction de la maladie.» (Source : Jean-Gilles L, et al. J Neurol Sci 19 août 2009. [publication électronique avant la parution]).

Science: Tolérance à la morphine
Selon une recherche sur le modèle animal menée à l’université de médecine de Harvard, aux Etats-Unis, la combinaison d’un cannabinoïde et d’un antagoniste du récepteur NMDA pourrait prévenir le développement de la tolérance à la morphine, quand l’opiacé est pris régulièrement. (Source : Fischer BD, et al. Neuropharmacology 20 août 2009. [publication électronique avant la parution]).

Science: Inflammation de l’intestin
Selon une recherche sur la colite, sur le modèle animal, le cannabinoïde naturel cannabidiol (CBD) pourrait être bénéfique pour traiter l’inflammation chronique de l’intestin. Les scientifiques de l’université de Naples, en Italie, ont administré aux rats une substance qui produit une colite, laquelle a été réduite par le CBD. Ils en ont conclu que le CBD « chez le rat, prévient les colites. » (Source : Borrelli F, et al. J Mol Med 20 août 2009. [publication électronique avant la parution]).

Science: Détection du THC
Les résultats de la recherché déjà publiés dans le New Scientist du 9 août 2009,le sont maintenant dans le British Journal of Pharmacology. Selon les chercheurs australiens, le stress et le jeûne par des consommateurs réguliers de cannabis, peuvent augmenter la concentration de THC dans le sang, en mobilisant le THC des tissus graisseux où il s’est accumulé. Cela aboutirait à des tests au cannabis positifs même après une longue période d’abstinence. Les scientifiques ont noté qu’ « une recherche supplémentaire pourrait confirmer si cela peut conduire à des effets cognitifs détériorés ou des ‘flasbacks’. » (Source : Gunasekaran N, et al. Br J Pharmacol 14 août 2009. [publication électronique avant la parution]).

Science: Anorexie
Des scientifiques de l’université de Naples, en Italie, ont découvert que l’on trouve plus souvent chez les patients qui souffrent d’anorexie ou de boulimie certaines variations du gène pour le récepteur CB1 et le gène pour l’enzyme FAAH, qui est responsable de la dégradation des endocannabinoïdes. (Source : Monteleone P, et al. Genes Brain Behav du 26 juin 2009 [publication électronique avant la parution]).

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

Webinare 2020

En octobre 2020, l'IACM organise une série de webinaires. Parmi les orateurs figurent Roger Pertwee, Raphael Mechulam, Manuel Guzman, Ethan Russo et Kirsten Müller-Vahl. Les webinaires seront sous-titrés dans plusieurs langues. L'accès est gratuit pour les membres réguliers de l'IACM. Veuillez trouver ici la brochure pour les sponsors. Vous trouverez ici des informations sur les frais d'inscription et un lien pour l'inscription.

IACM Conference 2020

L'IACM tiendra sa 11e conférence sur les cannabinoïdes en médecine en collaboration avec l'Asociación Mexicana de Medicina Cannabinodie du 5 au 7 novembre 2020 à Mexico. Il s'agira d'un congrès virtuel. Vous trouverez ici des informations sur les frais d'inscription et un lien pour l'inscription.

IACM Conference 2021

La 12eme Conférence de l'IACM sur les cannabinoïdes en médecine se tiendra à Bâle, en Suisse, du 14 au 16 octobre 2021.

Members only

Regular members can sign up for the new member area of the IACM to access exclusive content.

You need to become a regular member of the IACM to access the new member area.

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.