[Back to œ Overwiew]  [IACM Homepage]


IACM-Bulletin du 26 Septembre 2006

Science: la consommation de cannabis améliore le résultat d’un traitement antiviral chez des patients atteints d’hépatite C

Des toxicomanes ayant contracté le virus de l’hépatite C et qui continuent de consommer du cannabis poursuivent leur traitement médicamenteux plus souvent jusqu'à la fin et présentent de meilleurs résultats que ceux qui n’en consomment pas. C’est ce qu’ont rapporté des chercheurs de l’université de Californie dans un article paru dans le magazine « EURopean Journal of Gastroenterology and Hepatology ». Selon eux, le cannabis est susceptible d’aider ces patients à mieux tolérer les effets secondaires des médicaments antiviraux, capables de combattre le virus de l’hépatite C, qui sont à l'origine de poussées de fièvre, de frissons et de douleurs musculaires et articulatoires.

La Dr. Diana Sylvestre et ses collègues ont testé 71 patients à qui on a administré de l'interféron et de la ribavirine comme traitement contre l'hépatite C. L’interféron renforce les défenses immunitaires et comme la ribavirine, il s'attaque au virus même. 22 participants (31 %) ont consommé du cannabis en plus de ce traitement. 24 % du total des patients ont interrompu la thérapie avant la fin, dont seulement un consommateur de cannabis par rapport aux 16 non consommateurs. Ce traitement médicamenteux a été bénéfique pour plus de la moitié des consommateurs de cannabis (54 %) - ce qui signifie que le virus n'est plus détectable - comparés aux 18 % du groupe témoin. Seulement 14 % des consommateurs de cannabis ont rechuté, comparés aux 61 % des non consommateurs. Une telle rechute veut dire que le virus de l’hépatite C est à nouveau détectable quelques temps après avoir disparu.

Les chercheurs ont conclu que « ces résultats suggèrent que des points de vue symptomatique et virologique, la consommation modérée de cannabis est utile pour certains patients qui suivent un traitement VHC parce qu’il les aide à mieux supporter et aussi à pouvoir tenir ce traitement souvent lourd ».

Sources : Reuters du 13 septembre 2006; Sylvestre DL, Clements BJ, Malibu Y. Cannabis use improves retention and virological outcomes in patients treated for hepatitis C. EUR J Gastroenterol Hepatol 2006;18(10):1057-63.)

Italie: la ministre de la Santé autorise l’importation de médicaments qui contiennent du THC

Livia Turco, la ministre de la Santé a décrété la poursuite de l’importation de médicaments qui contiennent du THC, autorisés par la commission des stupéfiants du ministère pour les patients qui ont besoin de tels traitements et pour qui des alternatives thérapeutiques n'existent pas. Le décret de la ministre est valable jusqu’au 30 novembre 2006.

La loi sur les stupéfiants du gouvernement précédent, toujours en vigueur, stipule que le cannabis ne possède aucune valeur thérapeutique acceptable. De même, l'ensemble des cannabinoïdes a été exclu du tableau II, la liste officielle de tous les stupéfiants et substances psychotropes présentant un bénéfice thérapeutique. Ce décret est la réponse de la ministre actuelle à l’appel lancé par plus de 100 employés et chercheurs travaillant dans le domaine de la santé publique dans l’intérêt des patients, qui dépendent de l’importation régulière de médicaments à base de cannabis, tels que la nabilone, le dronabinol, le sativex et le bedrocan. En attendant, la ministre attend la décision du Conseil Supérieur de la Santé afin de savoir si oui ou non les cannabinoïdes seront à nouveau listés dans le tableau II.

Le texte intégral du décret est disponible (seulement en italien) sous medicalcannabis.it.

(Source : Annonce par l’Associazione per la Cannabis Therapeutica)

En bref

Science: cannador
Au mois de juillet, 20 centres de recherche britanniques ont lancé une étude en phase III avec le cannador, l’extrait de cannabis en gélules, après l'étude CAMS (Cannabinoids in Multiple Scleroris) de 2003. Les laboratoires Weleda (Suisse) et la Société pour la Recherche Clinique de Berlin financent cette étude. Il est prévu qu’au cours des quinze prochains mois, 400 patients atteints d’une sclérose en plaques et qui souffrent de spasticité et de diverses douleurs n’ayant pas pu être traitées suffisamment avec les médicaments disponibles, vont participer à cette étude contrôlée par placebo. Comme pour l’étude CAMS, les recherches sont conduites sous la direction du prof. John Zajicek de la Peninsula Medical School à Plymouth. (Source : Annonce par l’Institut de recherches cliniques de Berlin)

Europe: GW Pharmaceuticals
GW Pharmaceuticals a annoncé le 5 septembre qu’ils ont déposé des demandes d’autorisation de mise sur le marché pour l’extrait de cannabis sativex dans quatre pays EURopéens. La demande concerne le soulagement symptomatique de la spasticité chez des personnes atteintes d’une sclérose en plaques. Les demandes ont été déposées selon un procédé dit décentralisé en Grande-Bretagne, en Espagne, au Danemark et aux Pays Bas. Selon ce procédé, la Grande-Bretagne fait fonction d’Etat membre de référence par la coordination des décisions des trois autres pays. Si la Grande-Bretagne réussit sa mission, l’autorisation de mise sur le marché octroyée selon le procédé décentralisé conduirait à une autorisation égalitaire du sativex dans les quatre pays. (Source : Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 5 septembre 2006, www.gwpharm.com)

Etats-Unis: dispensaires de cannabis médical
Dans un rapport de 23 pages de l’association de malades Americans for Safe Access, il est écrit que l’utilité des dispensaires de cannabis médical concernait autant les patients que les autorités locales. Le rapport a été présenté le 7 septembre lors d’une conférence de presse à San Diego. Il décrit en outre l'impact des différentes dispositions mises en place par les autorités de plusieurs villes en Californie. Les informations sont basées sur des témoignages recueillis auprès de fonctionnaires locaux au cours des neuf mois d’investigation. Puis il décrit également l’utilité de ces dispensaires pour les patients en s’appuyant sur de récents travaux réalisés par un chercheur de l’université de Californie. Le rapport est disponible sur : www.safeaccessnow.org/downloads/dispensaries.pdf. (Source : Americans for Safe Access)

Science: dépressions
Des chercheurs de l’université John Hopkins de Baltimore ont travaillé sur l’influence de la consommation de cannabis sur le développement de dépressions nerveuses. Ils se sont basés sur des informations issues de l’enquête National Longitudinal Survey of Youth qui est en cours depuis 1979, dont notamment la totalité des informations concernant 8750 personnes âgées entre 29 et 37 ans et qui ont été questionnées en 1994 sur leurs habitudes de consommation de cannabis au cours de l'année précédente et sur leur état dépressif actuel. Le risque d’une dépression s’est avéré 1,4 fois plus élevé chez les consommateurs de cannabis, comparés au groupe des non consommateurs. Or en considérant d’autres facteurs potentiels, le risque chez les participants consommateurs de cannabis n’a pas pu être considéré comme étant plus élevé que chez les autres participants. (Source : Harder VS, et al. Addiction 2006;101(10):1463-72.)

Un coup d'œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

[Back to Overwiew]  [IACM Homepage]


up

Nouvelle adresse

L'IACM a déménagé.
Nouvelle adresse:
Bahnhofsallee 9
32839 Steinheim

IACM Conference 2019

The IACM Conference 2019 will be held on October 31 - November 2, 2019, at Estrel Hotel, Berlin, Germany.

Members only

Please click here to visit the Members Only Area with a film to honour Prof Raphael Mechoulam, 
Please click here to become a member.

IACM on Twitter

Follow us on twitter @IACM_Bulletin where you can send us inquiries and receive updates on research studies and news articles.